We've updated our Terms of Use. You can review the changes here.

Punk = Existentialisme (Reissue + Bonus)

by Guerilla Poubelle

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.
    Purchasable with gift card

      name your price

     

1.
Alors on pète le marché ? On a pas les pieds sur terre ? pas prêt à faire payer 15 euros le concert Je suis prêt à trimer encore Avec un job à coté Pour garder cet accord Cette putain de liberté Je vais même pas essayer De t’expliquer pourquoi Pourquoi on est là Et pourquoi on fait ça Si ya guerilla dans notre nom c’est pas Pas pour en faire un job De tout façon t’inquiète pas Je le vois à l’horizon On pourra pas continuer Longtemps à faire les bouffons On sera bientôt obligé Comme toi de faire du pognon Tu te foutras bien de notre gueule Quand on jouera cette chanson
2.
J'collectionne les lames de rasoir en guise de lignes rouge sur les bras avec le mur comme seule option et de la misère sous les ponts On est patient on se bat mais on vit dans des sables mouvants et plus on lutte et plus on sombre j'ai l'impression qu'on vit sur un tapis roulant un job de merde fait pas rêver mes chimères je peux me les payer je les achète en DVD je les vis de mon canapé on perd les pieds..
3.
On s'fait chier comme un poisson en cage Y a plus d'ambition à notre âge Y a que des suicides capricieux Des mutilations dans les yeux Un gourou planté dans les veines Y a plus que le plaisir qui nous mène Est-ce que ça en vaut la peine ? C'est quoi le meilleur procédé Qu'on s'autorise pour espérer Mon frère a trouvé la vodka Il en boit au petit déjeuner J'connais une gamine au lycée Qu'enchaîne les mecs pour sublimer Est-ce que ça en faut la peine ? Tu ne passes pas sous les échelles Mais t’as de la mort dans ta poche Ton paradis artificiel T’évites de croiser des chats noirs Mais t’as ta potion tous les soirs C’est ta prière échappatoire
4.
J'ai appris à fermer les yeux A courir les lacets défaits J'ai jamais eu confiance en dieu J'ai appris à avoir faim J'ai même appris à me branler A m'branler en pensant à rien J'ai appris à marcher au pas Avec du punk au bout des doigts J'ai l'coeur en miettes quand je pense à ça J'ai appris à encaisser Tout est de ma faute Ma responsabilité Je suis comme une bombe qui saute J'ai appris à me contredire J'ai appris à ronger mes ongles C'est plus facile que de guérir J'ai cru qu'j'étais un animal Donc j'ai appris à aboyer J'ai appris à te faire du mal J'ai fait des collages avec moi J'ai coupé des bouts de mon corps J'ai fait des chansons avec ça
5.
Jour après jour ! tu crois toujours en dieu Jour après jour ! tu penses que ça ira mieux Jour après jour ! tu célèbres la vie Jour après jour ! tu relèves le défi On parle de liberté, avec des guns Quand le ciel sera tombé Tu continueras à me parler du futur Avec les deux mains devant les yeux Le ciel se dérobe, se dérobe sous nos pieds On parle de dialogue avec des longs discours On parle d’action les mains dans les poches Me demande pas d’applaudir Me demande pas de courir Me d’mande pas d'choisir Entre la morale et la trique On parle de respect, des insultes dans les poches On parle de libre arbitre, un couteau sous la gorge
6.
C’est pas facile de vivre avec Un putain de schéma dans la tête Une erreur dans notre scénario Fait changer d’avis les plus bêtes Les petits garçons naissent dans les choux Le crétin devant la télé Le gros tas de bière, le bon casse cou La brute avec un égo de chef Cogne sur un flic, pas sur ta femme Tu parles à ta blonde comme une merde Tu parles à ton chien comme un roi T’écoutes ta télé comme une messe Les images défilent comme des bières J’en croise tous les jours des comme toi Qui fanent en mâchant leur colère Je le vois comme vous marchez au pas Les hommes devant, les femmes derrière
7.
Qu'est ce que tu crois, j'ai peur comme toi. J'ai la haine qui coule dans mes bras J'ai la gerbe de bouffer toutes ces merdes J'en ai marre de vivre dans un proverbe J'ai pas d'antenne sur ma télé Je la regarde plus depuis des années Un big mac à la place du coeur Je suis sec et plein d'aigreur Je me vante pas d'aimer la misère C’est vrai qu’y a toujours pire ailleurs On sait tous qu'on est en danger Un salaire vaut moins qu'mon loyer J'arrive presque plus à sourire J'ai qu' des faits divers comme souvenir On serait mieux seul sur une banquise Tout ce qu'on touche on le brise
8.
L'équipe Z 02:28
J'ai pas d'arme à feu Pas de carte d'électeur J'ai que mon sale venin à cracher J'ai pas d'ambition Que des doutes et des peurs J'ai pas d'équipe de foot préféré J'ai pas de nationalisme à mettre au cœur d'une balle Ou d'un champion. J'ai pas de marque de bière ou de fringue à défendre Avec mon nom. Quand j'étais gamin On jouait pour de rire Y'avait toujours un con pour s'y croire Y'avait moins de débiles Pour jouer à la guerre J'ai toujours préféré jouer aux billes A chaque victoire c'est dans la rue Mais ça se fout du sport Ça a des chants de guerre comme tribut Mais ça vit comme des porcs Moi si je m'achetais une équipe Je leur casserai le moral Je leur ferait chanter du Justine Ou des tubes des Zab Je mettrais une boule de bowling A la place de leur ballon Je les habillerais comme des filles Ça ferait du bien à ces cons Je poserais des mines sur le terrain Je leur ferais lire du Bégaudeau Si on pouvait jouer au foot Comme Miossec parle de cul Je serais champion
9.
Génération 03:14
Les jeunes ne se révoltent plus Ils ne demandent qu’à être promus Ils sont prêts à vendre leurs culs. Jeunesse réactionnaire Respecte la télé comme leur mère Futur famille nucléaire Génération Adidas Prête à se vendre pour avoir sa place Génération morte à la tache… Les jeunes loups carriéristes Préfabriqués et conformistes Sont la prochaine élite fasciste. Le monde de l'abondance, Sue la victoire de l'ignorance La seule liberté est dans la danse… Le jeune est la plus belle (poubelle?) conquête Du hamburger et d'internet. Il court sur la route tracée Du superflus conditionné Les lendemains qui chantent Sont l'illusion de leurs envies Le plaisir dirige leurs vies. Il n'y a plus de misère Juste du fric et la beauté de nos dictatures d'supermarché. Génération Adidas Prête à se vendre pour avoir sa place On vous suit déjà à la trace…
10.
Voilà, ce sera tout pour ce soir, Nous avons caressé nos plus belles idées Voilà ce sera tout pour ce soir, Les sujets essentiels ont été sabordés Des suicidés de chez Peugeot-Citroën Au démantèlement du code du travail Voilà ce sera tout pour ce soir, Vraiment quelle joie de s’être retrouvé Voilà ce sera tout pour ce soir, Il est fondamental de savoir où s’arrêter. Sur les futurs amours entre l’église et l’état Ou sur l’augmentation du budget militaire ? Sur les visions les plus sombres des livres de sciences-fictions Ou sur la réduction du nombre des enseignants ? Sur les bonheurs classiques de la propriété Sur le danger des extrêmes ou les malheurs du PC ? Sur les désirs imbéciles de ma tendre moitié Ou les délices corporels que nous nous sommes infligés ? Voilà ce sera tout pour ce soir, Nous restons malgré nous des travailleurs fatigués Voilà ce sera tout pour ce soir, On ne peut pas non plus totalement résister… Aux bonheurs imbéciles de la propriété, A la faveur des milieux aux malheurs de mon PC Aux barrières inutiles de ma tendre moitié Ou les sévices corporelles que nous nous sommes infligés ? Voilà ce sera tout pour ce soir, Juste après la décharge nous nous sommes éloignés Voilà ce sera tout pour ce soir, Juste après la décharge nous sommes envolés… Vers les bonheurs faciles de la propriété, La colère des extrêmes et les malheurs du PC Vers les barrières débiles de ma tendre moitié Ou les délices corporels que nous nous sommes infligés ?
11.
J’veux travailler plus pour consommer plus J’veux consommer plus pour gaspiller plus Arbeit macht frei J’veux travailler plus pour dépenser plus J’veux dépenser plus pour sacrifier plus J’veux travailler plus pour m’endetter plus J’veux m’endetter plus pour dépenser plus Arbeit macht frei J’veux travailler plus pour consommer plus J’veux consommer plus pour oublier plus j’veux consommer pour oublier
12.
On est tous en état de siège On s'attache à notre malaise On s'enfume dans notre propre piège La pitié n'est pas un sport en vogue La haine figure au catalogue On l'accroche à notre uniforme Libéral et propre Le fric résout les problèmes Comme une grenade dans l’arène Le travail rend rien Le confort rend hypocrite Maquillé comme un mur en brique On crie au loup par principe J'me sens bien loin du prototype On a de la guimauve dans les tripes Tenir son ego en laisse Et brandir son drapeau en berne C'est la morale qui nous cerne
13.
J'aurais voulu être une fleur pour me faire arracher. J'aurais voulu être ma soeur elle est plus raffinée. J'aurais voulu être vendeuse dans un marché aux puces. J'aurais voulu être chanteuse mais pas dans superbus. Je préfère être conne plutôt que d'être con. Même si les hommes font croire qu'ils sont bons, Tous les hommes sont des cons. J'aurais voulu être ton ex ,ou ses seins, ou peut-être mieux. Non, je ne pense pas au sexe mais plutôt à ses yeux J'aurais voulu être bonne pour te foutre un râteau Et calmer ton égo...
14.
La liberté, la fatalité C’est quoi la différence ? Etre une brute ou une victime C’est le dilemme en france j’arrive pas à croire que la nature est derrière tout ça j’ai le cœur en berne, les ongles cassés, mais j’ai confiance en moi Comme le plic-plac du robinet Je suis toujours fuyant J’ai l’air de quoi ? J’ai l’air de rien Je suis en noir et blanc
15.
"on a tous un rêve dans la vie" Qu'elle me dit en se tortillant Une femme, une caisse, un ou deux gosse Une belle maison évidemment J'ai même pas assez d'ambition Pour avoir envie de tout ça Mais c'est pas le thème de l'émission C'est toujours la même merde en pire Acheter jetter prendre un boulot C'est toujours la même merde en pire C'est toujours la même merde en pire Acheter jetter perdre un boulot C'est toujours la même merde On a échangé vos parents On a échangé vos métiers On a échangé vos cerveaux (Avec un kebab avarié) Donnez moi tout ce que vos patrons Ont le culot d'appeler du temps libre Laissez moi vous prendre pour des cons On a débrancher nos cerveaux Acheter, jeter, prendre un boulot C’est toujours la même merde en pire Acheter, jeter, perdre un boulot C’est toujours la même merde en pire
16.
Les pires erreurs passent pour des grandes idées Les sautes d'humeur sont indexées Un éléphant dans une porcherie Ça fait la guerre comme ça sourit On tranche des gorges pour du pouvoir On affranchit pour du pétrole La souveraineté contre des esclaves Un bon bain de sang n'existe pas On sort les dents avant d'ouvrir les yeux C'est pas un sondage dont on a besoin C'est juste d'une nouvelle autopsie Pas un coup de latte dans l'étang On perd la patience On perd la science Deux tours qui s'écroulent Le monde est à feu et à sang

credits

released October 26, 2007

license

all rights reserved

tags

about

Guerilla Poubelle Paris, France

Punkrock
Paris
France
DIY

shows

contact / help

Contact Guerilla Poubelle

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

Guerilla Poubelle recommends:

If you like Guerilla Poubelle, you may also like: